Pourquoi ce blog?

Jamais l’emprise du politiquement correct sur l’Information n’a été aussi forte. Naguère subtil, il est aujourd’hui omniprésent et ne s’embarrasse même plus de sauver les apparences. Il s’affiche comme un véritable terrorisme intellectuel : non seulement il monopolise la pensée sociale et politique, son expression, mais il se permet de sanctionner, éventuellement judiciairement, tous écarts et ceux qui les commettent. Les petits soldats de la Pensée Unique, journalistes, animateurs tv ou radio, se pressent au p ortillon de l’accès aux tribunes médiatiques et c’est à celui qui affichera avec le plus de zèle sa soumission au dogme.
Ce blog a pour très modeste ambition de pointer du doigt ces attentats terroristes de la Pensée et dénoncer les personnes publiques qui les commettent, consciemment ou inconsciemment.
Si vous cherchez à lire l’actualité sous un autre angle que celui que vous imposent la tv, les magazines, la radio, la presse ou le quidam-perroquet de la rue, lui-même matraqué par ces médias, ce blog est pour vous… et attend vos témoignages !
Si les propos de ce blog vous choquent, vous pourrez ainsi mesurer à quel point vous avez été formaté par la Pensée Unique… et apprécier le degré d’urgence que vous avez à vous dépolluer l’esprit.

jeudi 18 mai 2017

Alchimie gouvernementale.



Macreux-l'Oreillette s'est livré à un savant dosage dans l'élaboration de son gouvernement avec la précision d'un alchimiste préparant une décoction de remède universel. Une pincée de poudre de frisotine, trois gouttes de croquechiccelle, une dose de pamaranthe, un jet de brin de chicane et une volée de gouturuque. Ou une dose de socialistes, une rasade de Modem, une pincée de Républicains et un jet de Radical de gauche. 

On voit bien quel est le dessein de Macreux-l'Oreillette : opérer un grand rassemblement de tendances politiques diverses et variées pour tenter de ringardiser le traditionnel clivage droite/gauche.
De toute évidence, cette démarche est faite à la seule intention des médias énamourés et des gogos idéalistes qui voudraient croire en l'absence de différence d'essence quasiment philosophique entre la gauche et la droite.
En aucun cas, l'entreprise ne vise à une quelconque efficacité. C'est juste un effet de vitrine; comme l'est d'ailleurs cette désormais incontournable religion de la parité dans la distribution des postes entre femmes et hommes, la règle étant en effet de préférer une femme incompétente à un homme compétent, ou l'inverse, sous prétexte d'équilibre dans la représentation sexuelle. C'est d'ailleurs paradoxal, car si l'on considère, à l'instar de la théorie du genre chère à nos progressistes, qu'être une femme ou un homme, c'est du pareil au même, pourquoi chercher délibérément la parité exacte ? Elle devrait apparaître d'elle-même, sans calcul préalable! Saucisson-Pinard est d'autant plus libre de s'étonner de cela, qu'il est personnellement dans sa vie professionnelle souvent le témoin de plus de compétences et de conscience professionnelle chez les femmes que chez les hommes... Mais c'est un autre sujet.

Pour l'instant, on constate surtout que le plus grand dénominateur commun entre tous ces nouveaux ministres et secrétaires d'état d'horizons divers, appelés à oeuvrer dans le même sens, c'est leur propension à répondre à l'appel de la bonne gamelle.
A commencer par le premier d'entre eux, le Républicain maire du Havre, l'Edouard Philippe.
Il faut admettre que ce dernier est un vrai homme de convictionS. Convictions au pluriel. Socialiste sous Rocard, UMP sous Ali Juppépé, et aujourd'hui En Marche vers la bonne sou-soupe de Macreux-l'Oreillette. Le nouveau premier ministre vous dirait volontiers qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ; et ça, il n'en démordra pas...

Curieux tout de même que dans cette démarche de « moralisation de la vie politique », nouveau credo de Macreux-l'Oreillette, on ne commence pas par privilégier la fidélité dans les idées...
Cette moralisation semble essentiellement reposer sur l'assurance que l'élu est fiscalement irréprochable. C'est dire si l'on est tombé bien bas. Et même dans ce préalable, on ne peut plus basique, notre nouveau Premier Sinistre n'est pas vraiment blanc-bleu : la preuve en est dans sa déclaration de patrimoine d'homme politique, imposée depuis la loi de 2013. A la question « quelle est la valeur de votre patrimoine immobilier ? », il répond : « aucune idée ! ». Ce n'est pas un peu embêtant pour un ministre en charge des affaires du pays de n'avoir « aucune idée » de la valeur des siennes propres ?
A la question « quelle est votre rémunération ? », il répond : « je ne suis pas certain de comprendre la question... ! ». En plus, ce Premier Sinistre serait handicapé mental ?
Sans doute n'a-t-il pas non plus le sens de l'orientation, une carence qui l'empêcherait de trouver l'Assemblée Nationale, ce qui expliquerait sa quasi-absence dans les sessions au Parlement ? Il n'a cependant pas manqué d'encaisser ses émoluments de parlementaires. Comme quoi, on ne peut pas être nul partout...

Il n'y aurait donc plus de gauche, plus de droite. Cette vision des choses découle évidemment de cette idéologie progressiste selon laquelle le monde n'est pas riche de sa diversité, mais est juste une bouillie sans consistance dans laquelle plus rien n'est discernable.
Il n'y a plus de sexe : l'homme et la femme ne sont que des conventions culturelles basées sur des stéréotypes imposés et purement artificiels. L'homme ne serait donc pas, au naturel, instinctivement plus porté sur la compétition, que la femme ne l'est sur la protection de l'enfant.
La notion même de nation est dépassée ; la France par exemple serait une construction purement intellectuelle qui n'a d'ailleurs pas de culture propre, comme l'a hurlé Macreux dans un de ses discours de candidat à la présidentielle. Elle n'est qu'un gloubi-boulga de cultures exogènes.
Il n'y a pas non plus de race ; l'Africain et l'Européen ont strictement le même capital de départ et s'il y a une différence à l'arrivée, c'est juste le hasard du parcours de la boule dans le grand flipper de la vie.
Et il n'y a donc plus de partis politiques : gauche et droite n'existent pas.

Bon, admettons.
Admettons au moins, pour le principe du débat, qu'il serait bénéfique qu' un gouvernement puisse être représentatif de toutes les tendances trouvées dans le corps électoral, afin d'assurer une adhésion pleine et entière de la population aux efforts à mettre en œuvre pour sortir le pays du marasme dans lequel il a été plongé.
Mais alors, dans cette optique, où sont les ministres représentant un peu plus du tiers des électeurs? A savoir ceux qui ont voté Marine le Pen/Dupont-Aignan? Et les trois ministres du Modem ne sont-ils pas en surnombre pour représenter un parti dont le congrès pourrait tenir dans une cabine téléphonique ? 
En outre, on ne va pas se mentir, Bayrou n'a pas été choisi pour ses compétences. S'il avait été compétent en quoi que ce soit, ça se saurait, depuis le temps qu'il grenouille dans le marigot politique.
Au moins, Bayrou a enfin réussi à placer sa de Sarnez dans un gouvernement. Bayrou et de Sarnez font irrésistiblement penser au couple Calvin et Hobbes. Dans la BD éponyme, Calvin est un petit garçon qui confère à son tigre en peluche une vie réelle, ce qui lui permet de trouver un échappatoire à sa solitude de quasi-autiste. 

De Sarnez est le Hobbes du Bayrou-Calvin. Nous avons donc Calvin et Hobbes au gouvernement.

Mais ce n'est pas là qu'on va rire le plus. 

Macreux-l'Oreillette présente Nicolas Hulot comme une prise de guerre. C'est vrai que ni Chichi, ni Sarko, ni Hollande Ouille n'avaient réussi à enrôler dans un gouvernement l'animateur préféré des téléspectateurs en mal d'écologie, pour mettre une application concrète à son militantisme de discours. Cet échec récurrent a d'ailleurs permis à l'animateur en question de garder sa popularité intacte jusqu'à aujourd'hui.
Saucisson-Pinard vous fait le pari que ça risque de changer bien vite. Et la vraie question est : combien de temps va durer cette collaboration entre Hulot l'écolo et Macreux-l'Oreillette le chantre du libéralisme capitaliste mondialiste? Combien de mois semaines va durer cette idylle entre ce Peter Pan médiatique qui ne veut pas vieillir et ce jeune qui n'aime que les vieux, (et accessoirement les vieilles). En effet, excusez cette digression, mais on constate qu'avec ses trente-neuf ans, Macreux l'Oreillette s'entoure d'un gouvernement de cinquante cinq ans d'âge moyen ! Ceux qui attendaient un rajeunissement de la classe politique active rejoindront donc ceux qui voulaient un renouveau des têtes, pour aller se rhabiller tous ensemble.

Mais on s'égare.
La question était : combien de temps Nicolas Hulot va conserver sa popularité ?
Vous vous souvenez des vacances de Monsieur Hulot ? Cet animateur télé qui allait tous les quatre matins aux quatre coins du monde en avion, accompagné de toute une équipe technique pour le filmer quelques minutes avec son parapente, afin d'expliquer que la planète est en danger et que le téléspectateur devrait avoir honte, eu égard au réchauffement, pardon, « changement » climatique, d'utiliser sa petite voiture qui pollue pour partir en congés après ses onze mois de dur labeur ? Eh bien, quand notre donneur de leçon « faites-ce-que-je-dis-c'est-à-dire-l'inverse-de-ce-que-je-fais » va s'employer à faire un sort à l'énergie nucléaire bon marché, pour imposer dans le paysage terrestre et maritime une si plaisante et si esthétique ribambelle d'éoliennes bien bruyantes, le Français va sûrement bien rire, non ?
Peut-être pas autant, c'est vrai, que lorsque l'animateur en pataugas va s'attaquer à son automobile! Une bonne petite taxe carbone derrière les oreilles, bien démocratique, et/ou une bonne petite interdiction écologiste de circulation pour son véhicule diesel qu'il a été encouragé, pendant quarante ans, à acheter, à crédit, avec la bonne conscience du filtre à particules qu'on lui a mise dans le crâne (la bonne conscience, pas les particules...), voilà qui va, sans nul doute, ravir l'écolo-bobo de salon et le téléspectateur prolétaire de l'émission Ushuaïa...

Bref, l'équipe gouvernementale est en place, et maintenant...

Attention, mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer,
Nous vous demandons évidemment d'être indulgents,
Le spectacle n'est pas bien rôdé, laissez-nous encore quelques années,
Il ne pourrait que s'améliorer au fil du temps...
Notre pain est blanc, notre vin est bon...
Il se peut que vous soyez choqués de temps en temps,
Mais surtout ne vous inquiétez pas, 
N'allez pas faire des signes de croix (surtout pas des signes de croix...!)
Et rappelez-vous qu'un jour, vous... nous avez élus...

vendredi 12 mai 2017

Dictature En Marche.



"Que les Français sont cons, mais qu'est-ce qu'ils sont cons!!"

Saucisson-Pinard a fini de vomir et reprend la plume.
Autant l'avouer tout de suite, Saucisson-Pinard a décidé de se sevrer des médias quelques jours, peu soucieux de voir nos journalopes célébrer l'élection de leur candidat avec l'hystérie d'adolescentes pré-pubères à un concert de Justin Bieber.
Rien que d'avoir entr'aperçu la mise en scène grotesque du bébé Hollande en prédicateur solitaire, marchant de longues minutes dans son halo de lumière complaisamment préparé par nos télévisions d'état, les premiers spasmes vomitifs apparaissaient.
Déjà au niveau symbolique, déambuler seul alors qu'on a bénéficié d'un soutien de toutes les pseudo-élites politico-showbusinesso-économiques, sonne aussi faux que si Hanouna prétendait animer une émission culturelle.
Cet affligeant spectacle dénote les prémisses d'un culte de la personnalité, que le choix de ses propres initiales pour dénommer son mouvement En Marche, laissait déjà entrevoir.

En outre, Saucisson-Pinard s'interroge sur ce choix du Louvre pour cette mascarade ? Est-ce que l'arrière-plan de la petite pyramide mitterandienne était un clin d'oeil de reconnaissance aux loges maçonniques, une réponse à l'interpellation « N'oublie pas qui t'a fait roi ! » ? Ou est-ce juste la passion de Macreux-l'Oreillette pour les momies ?
Tenez, à propos de momie, les médias s'offusquent déjà de la curiosité que suscitent Mamie Trogneux et sa différence d'âge avec son président de mari.
Excusez-nous de nous étonner, mais si on comprend bien les motivations de Mamie qui a échappé, il y a vingt quatre ans, (et on se demande pourquoi), à une inculpation de détournement de mineur, on comprend moins celles du bébé Hollande. Il n'est évidemment pas question d'être méchant ici (ce n'est pas le genre de la maison), mais quand même, Mamie Vuitton semble bien avoir tout misé sur la beauté intérieure, non ?
Si on fait un peu de prospective et qu'on constate que lorsque Macreux-l'Oreillette aura soixante ans, la Trogneux en aura quatre vingt cinq, on est en droit de se dire qu'on a confié l'avenir de la France à quelqu'un qui a bien du mal à anticiper... Vous diriez que d'ici là, le Macreux pourra changer de partenaire. C'est vrai. En attendant, une question se pose : Mamie Trogneux ne serait-elle pas juste une sorte de passeport d'hétérosexualité pour un candidat qui se chercherait un peu sur ce plan-là ?

Enfin, comme disait l'autre, ceci ne nous regarde pas...

Ainsi donc, nous voilà parti pour 5 ans de dégringolade supplémentaires. La dictature d'une poignée d'oligarques européo-mondialistes est aujourd'hui avérée, claire comme de l'eau de roche. Elle était déjà bien évidente et ce blog n'a pas manqué de le faire remarquer à maintes reprises, mais cette fois, elle est bel et bien installée et oeuvre à visage quasiment découvert.

Alors bien sûr, ce n'est pas une dictature militaire à la mode chilienne du temps de Pinochet ou à la mode cubaine du temps de Castro, le Fidel. C'est bien pire.
C'est pire parce qu'il s'agit d'une dictature sournoise. Avec la dictature militaire, le citoyen lambda se dit : «  bon, il y a une force militaire qui a le pouvoir, je vois clairement cette dictature mais n'ayant pas d'arme pour la contrer, je suis obligé de fermer ma gueule et de la subir, et surtout, je ne suis pour rien dans son installation ».
Alors qu'en France, on a donné l'impression au citoyen Macheprot d'avoir participé, choisi lui-même l'installation d'une dictature qui ne dit pas son nom; ce citoyen a l'illusion d'avoir été partie prenante, alors qu'en réalité, il a été juste manipulé pour le croire. Et si au final, il n'est pas content de ce qui lui arrive, il ne pourra s'en prendre qu'à lui-même ; ce qui est toujours plus difficile que de s'en prendre à un bouc émissaire extérieur. Et cela, c'est très fort.

Revenons sur les péripéties de cette élection présidentielle.
Phase 1 : les forces politico-oligarchiques qui détiennent le pouvoir et en tirent directement profit font le constat qu'avec 4% de taux de popularité, leur candidat Hollande Ouille est cramé de chez cramé.

Phase 2 : Se pose alors la question, quel candidat pourrait bien remplacer ce Hollande Ouille qui a été tellement mauvais, que même les Français de gauche s'en sont aperçus. A gauche, c'est le désert de Gobi pour ce qui est des personnalités présidentiables. A droite, (enfin... ce qu'on se force à considérer comme étant à droite), on se satisferait bien d'un Juppé. Faute de grive...

Phase 3 : Manque de chance, ces forces politico-oligarchiques constatent que le leader de la droite Fillon part comme une étoile filante vers le siège présidentiel en mettant Juppé, qu'elles ont tenté d'imposer médiatiquement, hors course.
Ce n'est pas que Fillon soit un très mauvais candidat pour défendre les intérêts de l'oligarchie judéo-maçonnique mondialiste, mais il aurait été moins bon que Ali Juppépé. La stratégie devient donc la suivante : il faut avoir coûte que coûte son propre candidat face à Le Pen au second tour. Le Pen au second tour est inévitable, tous les sondages l'affirment. Mais après un demi-siècle de diabolisation du FN, on aura quelques chances de ressortir l'argument aussi imbécile qu'éculé d'un réflexe « front républicain ». L'expression a beau n'avoir aucun sens, le matraquage médiatique a laissé ses traces dans l'esprit peu critique d'une population bêlante. Il faut donc impérativement que le finaliste en lice contre Le Pen au second tour soit leur candidat. Et la partie sera gagnée.

Phase 4 : En application de cette stratégie, l'artillerie lourde est lancée contre Fillon pour le disqualifier aux yeux des électeurs.

Phase 5 : L'oligarchie mondialiste soutient parallèlement l'ovni Macron. Pas trop connu pour paraître neuf, et surtout garant de la poursuite de la politique menée par le sortant, pour la bonne raison qu'il en partage la responsabilité. Et le lancement de l'ovni se fait avec des moyens colossaux.

Le moins qu'on puisse dire est que la stratégie a fonctionné à merveille. La manipulation des électeurs a été totale, du début à la fin. C'est la raison pour laquelle cette élection n'a rien à voir avec une démarche démocratique et obéit bien à une opération dictatoriale.

Les moyens mis en œuvre pour la phase 4 comme pour la phase 5 sont inédits, en tous cas dans cette cinquième république. Quand on considère le caractère véniel de la faute de Fillon – avoir engagé, fictivement ou pas, sa propre femme comme assistante- et l'exploitation médiatique qui en a été fait, on ne peut qu'être abasourdi. Quand bien même la fonction d'assistante n'aurait pas été remplie par la Pénélope, les sommes correspondant aux émoluments auraient été dépensées, puisqu'autorisées par la loi. Le contribuable n'a donc pas été lésé. Et en regard des agissements de nombre d'élus socialistes, à commencer par l'ex-locataire de l'Elysée, qui ont allègrement jonglé avec l'argent public, on voit bien que le scandale a été basé sur une affaire montée en épingle sciemment par des médias aux ordres de l'oligarchie qui les possèdent.
Quand on constate les moyens déployés pour lancer un candidat quasiment inconnu, jamais élu à quoique ce soit, sans parti, sans capital personnel (même s'il a touché 3 millions d'euros dans sa vie de bankster sans que le fisc n'en voit la couleur, Macreux-l'Oreillette n'est pas un entrepreneur milliardaire comme Trump), on se doute bien qu'il y a des manipulateurs richissimes derrière, non dénués d'arrière-pensées et qui demanderont très vite les intérêts de leur placement.

La dictature est bien... En Marche ! Et, Françaises, Français, maintenant, il va falloir obéir... et payer.

vendredi 5 mai 2017

Réunion Marketing.



La salle de réunion résonnait d'un bourdonnement joyeux. Tous les cadres commerciaux et marketing de l'entreprise avaient été conviés à ce séminaire annuel. Ils étaient réunis autour de la table en U, et visiblement la bonne humeur régnait.
Le PDG, grand sourire aux lèvres, abordait pourtant son allocution avec des informations assez peu réjouissantes :

- « Mesdames-messieurs, comme vous le savez, la commercialisation de notre lessive a connu ces derniers temps quelques difficultés. Ses ventes n'ont cessé de se dégrader depuis cinq ans, notre fidèle clientèle a émis nombre de critiques quant à la qualité de notre produit et s'est mise à bouder notre lessive pour s'en détourner tout à fait et se diriger vers celles de la concurrence... »

Un brouhaha de commentaires approbateurs se répandit dans l'assistance.

Parmi les participants à cette réunion, il y avait un jeune stagiaire récemment arrivé dans l'entreprise, encore peu au fait de l'historique de la maison. Il se tourna vers son voisin de gauche, son maître de stage, un vieux briscard de l'entreprise pour lequel le passé du vénérable établissement n'avait pas de secret.

- « Qu'est-ce que la clientèle reproche à notre lessive ? » demanda-t-il.
- « Oh, peu de chose en vérité », répondit tranquillement le vieux. « Notre lessive incruste les taches plus qu'elle ne les retire, et elle abîme le tissu très rapidement au point d'y faire des trous, à force. »
- « Ah, quand même ! » fit le stagiaire, éberlué.
- « Et puis, elle déclenche des allergies sur la peau, même bien rincée... »

Le stagiaire se tourna vers le PDG qui poursuivit :

- « Mais notre service marketing ici présent, performant comme à son habitude, a trouvé la solution. J'ai l'extrême plaisir, Mesdames-messieurs, de vous présenter notre nouvelle lessive en remplacement de l'ancienne ! »

Il sortit d'un grand sac, avec l'emphase d'un prestidigitateur, quelques paquets tout neufs, qu'il fit circuler de mains en mains autour de la table. 

Des « Oh ! » et des « Ah ! » ponctuèrent les étapes des boîtes rutilantes parmi tous les commerciaux réunis, depuis les simples vendeurs jusqu'au directeur commercial en passant par les chefs de région et les responsables de secteur.
Le PDG avait, de toute évidence, réussi son effet, la satisfaction était générale. L'enthousiasme avait gagné l'ensemble de la force de vente, visiblement soulagée après des années préoccupantes qui l'avait mise en butte avec des revendeurs très remontés contre les mauvaises performances de son produit et les plaintes des clients utilisateurs.

- « Comme vous pouvez le constater », proclama le PDG, pas peu fier, « nous avons changé l'emballage du produit. Il fait plus jeune que le précédent qui, il faut le reconnaître, était assez ridicule. Le design de celui-ci est dans l'air du temps. Nul doute qu'il trouvera un bon accueil dans notre clientèle. »

Il ajouta, avec un clin d'oeil appuyé :

- « Mais ce n'est pas tout ! Nous avons également changé son nom ! »

Un tonnerre d'applaudissements résonna pour saluer l'audacieuse initiative. 


- « Le nouveau nom n'a plus rien à voir avec l'ancien, il sonne jeune, il sonne dynamique, il sonne le renouveau ! » cria presque le PDG au comble de l'excitation.

Des « hip hip hip hourra! » enthousiastes célébrèrent l'annonce.

Le stagiaire se tourna à nouveau vers son tuteur.

- « Le produit lui-même a changé aussi, non ? »
- « Le produit ? tu veux dire, la lessive proprement dite ? Ah, non, elle, c'est la même ! »
- « Ah bon ? » s'étonna le jeune diplômé. « Mais le service Recherche et Développement ne s'est pas penché sur les défauts du produit pour tenter de créer une nouvelle mouture ? »
- « Quel service Recherche et Développement ? Il n'y a pas de service Recherche et Développement. Aussi loin que je me rappelle, il n'y en a jamais eu dans cette boîte! »
- « Mais pourquoi ? »
- « Le PDG est trop fier de son produit. Sa formulation date du grand-père, fondateur de l'entreprise. Elle n'a pas changé depuis un bon demi-siècle ! »
- « Mais alors, la nouvelle lessive va avoir les mêmes défauts que l'ancienne, non ? »
- « Aucun doute là-dessus, » assura le mentor tranquillement.
- « Mais la clientèle va s'en apercevoir ! »
- « Bien sûr !... Dans quelques mois... »
- « Mais alors, on aura les mêmes problèmes ! qu'est-ce que l'entreprise fera ? »
- « Ben, on changera le packaging, évidemment. Peut-être même l'appellation du produit, si nécessaire... »
- « Mais notre clientèle est un peu conne, non ? »
Le vieux cadre sourit.

- « Ah, ça, c'est sûr ! Et pas qu'un peu ! Tu penses bien que si elle ne l'était pas, il y a longtemps que notre boîte aurait disparu du marché... ! »

samedi 29 avril 2017

Lettre ouverte à l'électeur de Fillon.



Alors, électeur de Fillon, prêt à voter en soutien de cette clique de nantis-Système?

Cher électeur de Fillon,

Saucisson-Pinard t'adresse toute sa compassion.
Cela aurait pu être parce que ton candidat a été battu lors de ce premier tour des Présidentielles au terme d'une campagne indigne. Fillon a en effet été l'objet d'une cabale dirigée de main de maître par le gouvernement socialiste et ses relais judiciaires et médiatiques, et tu pourrais considérer qu'être battu à une élection dans ces conditions est parfaitement injuste. Et tu aurais raison. La manipulation de l'opinion a atteint un niveau d'indécence inconnu jusque là dans un pays démocratique évolué. Le fonctionnement politique en France est aujourd'hui digne des républiques bananières africaines qui ont longtemps fait rire, chez nous. Aujourd'hui, tu ne ris pas, parce que ton candidat a été victime de cet effondrement démocratique.

Mais ce n'est pas pour cela que tu as la compassion de Saucisson-Pinard. Elle t'est surtout adressée parce que ton candidat a, dès les premières minutes qui ont suivi l'annonce des résultats, commis en direct le suicide politique de la formation qu'il était censé défendre: il a annoncé voter en faveur du candidat de ses bourreaux. Formidable crise de masochisme politique.

Il a été traîné dans la boue, été diffamé, il a été empêché de mener une campagne sur le fond parce que sans cesse amené à devoir se défendre sur des broutilles, en tous cas des broutilles en regard de ce que ses adversaires de la clique socialiste ont été capables, eux, de faire en toute impunité... Et en finalité, non seulement il dépose les armes, mais en plus, il leur fait publiquement allégeance ! Saucisson-Pinard comprend donc l'hébétude dans lequel tu dois te trouver, électeur de Fillon.

A l'extrême limite, ton candidat aurait pu dire : « je laisse mes électeurs choisir en toute conscience ce que doit être leur vote de deuxième tour, et pour ma part, je garde mon propre choix confidentiel. » Cela n'aurait pas été d'un grand courage, ni d'une grande logique, mais aurait été du moins presque digne. Mais dire, toute honte bue, « je n'ai d'autre choix que de voter Macron », ce qui suppose que toi, évidemment, électeur de Fillon, tu n'as pas non plus d'autre choix, c'est le comble de la veulerie et de la traîtrise.

Et ce n'était, hélas, même pas fini. Tu as assisté, médusé, au pitoyable spectacle des barons LR se précipitant sans complexe sous la triste bannière de la créature de Hollande Ouille dont ils avaient dit pis que pendre pendant toute la campagne des primaires de la droite et de celle du premier tour.
Les Ali Juppépé, les NKM (pour NiKe ta Morale), Bertrand, Lemaire, Raffarin et toute cette clique de sans-honneur, se précipitent à la gamelle, certains n'hésitant même pas à donner dans l'offre de service. Baroin pressenti comme premier ministre de ton candidat propose sans vergogne de remplir ce poste auprès de Macreux! Le coup de grâce t'a été asséné par la recommandation de ralliement à Macreux provenant de ton ex-leader vénéré, Sarko lui-même.

Saucisson-Pinard imagine sans mal ta tristesse, ton ressentiment d'avoir été pris pour un con pendant si longtemps. Il l'imagine d'autant mieux qu'il a lui-même voté à la primaire de la droite, même si c'était déjà à l'époque avec une certaine défiance envers Fillon – défiance ô combien justifiée, avec le recul!- et surtout pour faire barrage à Ali Juppépé le dhimmi.

En bref, finalement, tous ces salopards se sont mis au même niveau que Bayrou, c'est dire leur bassesse.

Ces ralliements démontrent avec éclat que ces opportunistes sans foi ni loi, sauf celle en leurs ambitions d'arrivistes, sont sans conviction intime et sans respect pour leurs électeurs.

En plus, ils font, politiquement, un mauvais calcul, à un mois des prochaines législatives. Car si Fillon et ses sbires ne l'ont pas compris, Saucisson-Pinard va te l'expliquer : il est maintenant clair que la droite LR ne peut plus se passer du FN si elle veut gagner une élection. Et il est aussi limpide que désormais, les électeurs de Marine Le Pen sont fatigués de servir de force d'appoint au second tour à un parti qui, à la première occasion, les poignarde dans le dos.
Donc, de façon plus évidente et marquée que jamais, les électeurs FN iront à la pêche aux seconds tours d'élections où leur parti ne figurera pas, et laisseront les candidats LR se dépêtrer face aux coalitions socialo-communiste et communisto-socialiste, qui, elles, sont toujours à l'aise dans leurs alliances qu'elles assument sans états d'âme.

Quant à toi, électeur de Fillon, si tu votes Macron au second tour de la présidentielle, conformément à ce que te demande ton candidat, que feras-tu aux législatives ?
Tu ne vas tout de même pas voter contre le Président que tu auras élu !
Ça n'aurait pas de sens de voter pour des députés LR supposés lutter contre la politique d'un Président élu grâce à tes voix! Cela serait de la schizophrénie pure, non ?

Il faudra donc pousser la logique LR jusqu'au bout et voter en faveur d'une majorité présidentielle, c'est-à-dire pour des députés socialistes ou communistes affublés de l'étiquette En Marche ! Mesdames-messieurs les candidats LR, bonjour chez vous, circulez, il n'y a plus rien à voir...

Donc, Saucisson-Pinard te le répète, il compatit sincèrement à ta détresse. Il n'aimerait pas être à ta place. Il ne fera déjà pas bon d'être Français dans les mois et années à venir, pour tout à chacun, mais devoir se dire qu'en plus, tu as été pour quelque chose dans ce malheur en te reniant, ça va être dur pour toi.

Quand tu regarderas les chiffres du chômage continuer d'augmenter, 
quand tu deviendras peut-être toi-même une donnée de ces statistiques, 
quand tu verras tes impôts continuer d'augmenter, 
quand tu apprendras qu'un nouvel attentat islamique que le gouvernement dhimmi n'aura rien fait pour empêcher, a frappé, et que tu verras à la télé les cadavres joncher le sol, 
quand tu auras été, ou un membre de ta famille, victime d'une façon ou d'une autre, d'une immigration aussi galopante qu'inassimilable, 
tu pourras avec raison et, Saucisson-Pinard l'espère, avec remord, te dire que tu y es pour quelque chose, en ayant délibérément voté en faveur de ce que tu sais être nocif pour le pays.

Non, franchement, Saucisson-Pinard, même en subissant les mêmes contrecoups de la politique mondialiste de l'oligarchie représentée par Macreux, préfère, à tout prendre, être à sa place qu'à la tienne.

Et surtout, ne t'inquiète pas trop pour ton candidat Fillon. Lui sera préservé, quoiqu'il arrive : il est à l'abri des problèmes financiers, il a son manoir sarthois, et les protections en personnel requises pour être épargné des petits tracas induits par la politique qu'il s'était donné pour mission de combattre. Saucisson-Pinard espère qu'au moins sur ce plan là, tu es rassuré.


PS : Si tu suis les recommandations de ton candidat, tu seras ipso facto concerné par « la lettre ouverte à l'électeur de Macron » du 24 avril, que Saucisson-Pinard t'invite donc à lire.

lundi 24 avril 2017

Lettre ouverte à l'électeur de Macron.




Cher Electeur de Macron,

Si tu as apprécié le quinquennat de Hollande Ouille, bravo, ton choix a été cohérent ce 23 avril et le sera aussi ce 7 mai.
Tu as aimé ce qu'a commis l'ex-maire de Tulle, tu vas adorer ce que va faire son ex-ministre de l'Economie. Saucisson-Pinard suppose que tu es un ministre ou un secrétaire d'état ou un autre dépendant direct du petit bouffi qui a fait office de président ces cinq dernières années, et tu as toutes les chances de retrouver un poste similaire avec le Macreux, donc tout va bien pour toi, c'est parfait, et ce courrier ne s'adresse pas vraiment à toi.

En revanche, si tu as, comme quelques soixante millions de Français, subi l'incroyable incompétence du Flanby, et que tu viens néanmoins de voter en faveur du petit caca mou qu'il nous laisse avant de partir, et que tu t'apprêtes à renouveler ce vote dans une quinzaine de jours, ce courrier t'est directement destiné.

Tu te trouves à l'évidence dans un des deux cas suivants :

Cas Numéro 1 : Tu es un cas médical de débilité profonde, et Saucisson-Pinard souhaite que tu bénéficies des meilleurs soins dans un centre approprié, tout en s'étonnant que le droit de vote puisse encore être exercé par des personnes n'ayant pas toute leur tête.

Cas Numéro 2 : Tu t'estimes sain d'esprit et penses avoir une intelligence au moins normale, voire même supérieure.
Saucisson-Pinard te propose alors de répondre à ce petit quizz, en biffant le OUI ou le NON en fonction de ton opinion :

- Tu trouves normal qu'un candidat qui n'a jamais eu le moindre mandat électif et dont tu ignorais jusqu'à l'existence il y a trois ans, soit aujourd'hui aux portes de la Présidence. OUI- NON.

- Tu trouves normal qu'un tel candidat bénéficie, eu égard à son manque d'expérience et d'antériorité sur la scène politique, d'un soutien médiatique aussi ahurissant, comme on n'en a jamais connu dans l'histoire récente de la République. OUI- NON.

- Tu trouves normal que ce candidat parvienne à financer du jour au lendemain, sans l'appui d'aucun parti politique, les frais d'une campagne électorale qui ne passe pas d'ailleurs pour avoir été menée à l'économie. OUI- NON.

- Tu trouves sympathique qu'un candidat dise : « Etre élu est un cursus d'un autre temps » . OUI- NON.

- Tu trouves sain qu'un candidat proclame : « le programme électoral d'un candidat, on s'en fout, ce qui prime, c'est sa vision d'avenir». OUI-NON.

- Tu estimes qu'un candidat qui affirme que la culture française, ça n'existe pas, et que l'art français, il ne l'a jamais vu, est sain d'esprit. OUI- NON.

- Un candidat qui promet de créer un axe de circulation privilégié entre l'Afrique et la France (il précise bien ce sens, pas le sens contraire, tu auras peut-être remarqué), ça te rassure tout à fait. OUI-NON.

- Un candidat qui, après les attentats de Paris de Novembre 2015, celui du Bataclan, celui du 14 juillet de Nice, attend le lendemain de l'attentat qui a visé un policier sur les Champs-Elysées pour déclarer, énervé,  au journaliste qui l'interroge: « Non, je n'ai pas pondu un plan de lutte anti-terroriste dans la nuit ! », ça te met à l'aise. OUI- NON.

- Un type qui se fait 3 millions d'euros à la banque Rothschild et déclare trois ans plus tard un patrimoine de 200 000 euros seulement: C'est normal et rassurant. OUI- NON.

Fais le total de tes OUI. Si tu as une majorité de OUI, Saucisson-Pinard a le regret de t'annoncer que... comment le dire sans être trop désagréable..., tu manques un tantinet de discernement ! Son conseil est de regarder un peu moins BFM TV, France Télévision et consorts et de mettre le temps ainsi gagné à réfléchir un peu plus par toi-même en te posant de bonnes questions.

Ensuite, majorité de OUI ou pas, Saucisson-Pinard te propose de poursuivre ce petit quizz, toujours en biffant les OUI ou les NON en fonction de ce qui te paraît être au plus près de ton opinion:

- Il ne te vient pas à l'esprit que si Macreux bénéficie d'un tel soutien médiatique, c'est que ces médias appartiennent à des forces financières dont tu n'imagines même pas le pouvoir. OUI- NON.

- Tu ne penses pas que ces forces financières mettent le soutien des médias qu'ils possèdent, au service de Macreux de façon intéressée. OUI- NON.

- Tu n'imagines pas un instant que son passage à la banque Rothschild a un rapport quelconque avec la facilité avec laquelle il a financé sa campagne. OUI- NON.

- Tu n'en déduis donc pas que s'il devait devenir Président de la République, il aurait quelques ascenseurs à renvoyer à ceux qui l'ont lancé, financé, et soutenu. OUI- NON.

- Tu ne penses pas que ces ascenseurs renvoyés seront dans l'unique intérêt de ceux qui en bénéficieront, c'est-à-dire complètement à tes dépens de citoyen-contribuable lambda. OUI- NON.

- Ça ne te perturbe pas que certains de ces manipulateurs du candidat Macreux soient fiscalement domiciliés dans des paradis fiscaux (Suisse, Luxembourg, Guernesey...) et qu'ils seront peu concernés par les hausses d'impôts que tu te verras appliqué pendant son quinquennat. OUI -NON.

- Tu ne te poses pas de questions sur l'intérêt soudain qu'ont les ténors du PS pour la candidature Macreux, ténors qui ont participé, soutenu et défendu les actions du Hollande Ouille dont tu voulais te débarrasser. OUI- NON.

- Tu ne crois pas que ces soutiens spontanés vont demander – et obtenir- en échange, les postes qu'ils ont eu ou auraient pu avoir, dans le gouvernement de Hollande Ouille. OUI- NON.

- Tu n'envisages pas que les vagues d'immigration que Macreux va encourager auront un impact direct sur ton emploi, ta sécurité au quotidien, ton cadre de vie et tes prélèvements sociaux et impôts. OUI- NON.
- Tu ne peux pas imaginer que la mondialisation pour laquelle Macreux milite ouvertement (et qui va dans l'intérêt direct des financiers dont le monde entier est justement le terrain de jeu) va continuer à mettre ton emploi en France en péril. OUI- NON.

- Tu ne crois pas que la différence entre ce qu'a gagné Macreux et ce qu'il déclare au fisc puisse être de la fraude fiscale à la Cahuzac. OUI- NON.
- Tu ne penses pas que l'Union Européenne dont Macreux est le soutien affirmé, va continuer à déposséder la France de ses pouvoirs de décisions (et donc des tiens) au profit d'une Caste de non-élus entièrement dévoués au service des forces financières citées plus haut. OUI- NON.

Fais le total de tes NON.
Si tu en as une majorité, Saucisson-Pinard a le regret de t'annoncer que tu ne fais hélas pas partie du Cas N° 2 décrit plus haut, mais bel et bien du Cas N° 1.

Et Saucisson-Pinard te renouvelle ses vœux de bon soins.









jeudi 20 avril 2017

Drôle de campagne, ou campagne drôle?


A trois jours du premier tour de cette présidentielle 2017, l'heure est venue d'en faire l'analyse. Saucisson-Pinard ne va pas se risquer à trancher sur la question de savoir si elle a été violente ou pas. En prenant un peu de distance et en versant dans le positivisme à tout crin, il préfère regarder le côté comique et parfois dérisoire de cette campagne présidentielle de premier tour.

Le profil de certains candidats par exemple, est une source infaillible de bonne humeur.

Considérons la Arthaud de Lutte Ouvrière par exemple, une sorte d'Arlette Laguiller qui aurait soudain trouvé l'élixir de jeunesse avant de revenir sur une scène médiatique toujours très bienveillante à son égard. Enfin, jeunesse physique seulement, car pour les idées, elle sent plutôt la naphtaline, la Arthaud. Arlette avait déjà un demi-siècle de retard à son époque. Le curseur temporel de la Arthaud est malheureusement resté bloqué, c'est un siècle de retard qu'elle a aujourd'hui la pauvre chérie. Penser qu'elle enseigne l'Economie en école publique à d'innocentes victimes laisse entrevoir le naufrage de l'Education Nationale.

Poutou est le préféré de Saucisson-Pinard parmi les guignols de cette campagne. Un gars qui vient en tee-shirt vous dire qu'il veut désarmer la police pour éviter les bavures policières, est un irrésistible pince-sans-rire. Si ce gus avait été élu en 2012, le muzz qui a exercé sa religion de paix d'amour et de tolérance au volant de son camion sur la Promenade des Anglais de Nice ce 14 juillet dernier, serait encore en train de rouler...

Lassale est un cas. Son programme gagnerait énormément à être lu... s'il en avait un. Parce qu'à être écouté dans sa version originale, les sous-titres en français seraient indispensables. Ce qui pourrait nuire à son impact sur le vulgum pecus friand de VF.

Macreux est une caricature à la Mel Brooks à lui tout seul. S'il est inévitable qu'un politicien énonce quelques âneries sur l'ensemble de sa longue carrière, Macreux en a épuisé tout son quota autorisé sur seulement trois mois de campagne électorale. Et a probablement empiété sur le quota d'un autre. Ses meetings sont des sketches de galimatias énarques. Il brasse l'air chaud comme personne. Parler pour ne rien dire est chez lui une seconde nature.
Et il dévoile parfois son rôle de marionnette du Système avec une naïveté confondante. L'autre jour, en plein discours, il énonce une phrase parfaitement incompréhensible, s'interrompt, et dit benoîtement : «  je dois dire que je ne comprends pas moi-même ce qu'ils m'ont écrit là ». « Ils !». Extraordinaire, non ? Evidement, si on songe qu'un guignol pareil a pour prétention d'être Président de la République, ça fait plutôt frémir. C'est d'une certaine façon un effet secondaire du quinquennat de Hollande Ouille. Avoir assisté à l'élection et à l'exercice suprême pendant cinq longues et pénibles années d'un tel tocard, laisse n'importe quel crétin penser qu'il a ses chances pour occuper le poste. Nous avons aujourd'hui dépassé le stade de la simple médiocratie pour entrer dans l'ère de la nullocratie. Le film « Idiocracy », que Saucisson-Pinard vous recommande, prend des allures d'oeuvre prémonitoire.

Fillon s'est trouvé en butte avec un incroyable acharnement judiciairo-médiatique qui fait tout et n'importe quoi pour empêcher son élection. Sans doute n'avait-il jamais imaginé le pouvoir de nuisance que peut déployer une Caste au pouvoir qui se sent menacée. D'une certaine façon, il avait été jusque là plutôt du côté du marteau que de l'enclume. Depuis quelques mois maintenant, Fillon connaît ce qu'ont enduré – et endurent encore- les personnalités du FN. A certains égards, c'est plutôt comique. Sans doute, cet ostracisme systématique n'avait jamais perturbé ses convictions démocratiques et républicaines tant qu'il n'en était pas la victime.
Il n'est même pas sûr qu'il en retienne la leçon. Si, comme le croit Saucisson-Pinard, il se trouve au second tour face à Le Pen, on verra vite s'il recourt aux arguments éculés dont les médias accablent le FN depuis des décennies, ou s'il préfère la vraie confrontation d'idées.

Autant le dire tout net, Hamon fait presque pitié. Oui, on peut avoir pitié de quelqu'un tout en réprimant une violente envie d'éclater de rire à ses dépens. Regardez donc le candidat officiel du PS : il a cru avoir fait le plus dur en gagnant cette primaire. Il a cru que promettre un revenu à tous, sans aucune contrepartie de travail, allait être la martingale d'une élection parfaite. Et aujourd'hui il constate que les ténors de son parti le snobent et quittent le navire en perdition pour trouver refuge de façon quasiment désespérée dans les couches du gamin Macreux. Il est même boudé par les médias tous entichés de la nouvelle création de la Caste cosmopolitismo-oligarcho-maçonnique. Il en est réduit à racler les fonds électoraux des quartiers de racaille immigrée et islamique. Il doit prendre, s'il a une once de lucidité, la mesure de sa très médiocre petite personne, et c'est pour ça qu'il a la compassion de Saucisson-Pinard.

Gardons Méchancon pour la bonne bouche. Le stalinien français qui pousse la ressemblance avec le dictateur bolchévique jusqu'à porter la même veste et en imiter la gestuelle, a un talent d'orateur incontestable. Il est normal que nombre d'auditeurs frustrés et naïfs soient subjugués par le personnage ; notamment parmi les plus jeunes qui n'ont pas baigné dans l'époque où on assistait aux désastres sociaux et économiques engendrés par le communisme aux quatre coins de la planète ronde (comme disait l'autre).
Pourtant, le fait que Méchancon se déclare fan de Chavez et de son successeur Maduro devrait interpeller ceux qui s'apprêtent à voter pour lui. Mener à la ruine un pays comme le Vénézuela qui regorge de richesses pétrolières, il n'y a que le communisme qui en est capable. Se réclamer au vingt-et-unième siècle des dictateurs responsables de cet incroyable gâchis est proprement hallucinant.
D'ailleurs, le Méchancon sent bien qu'il a fait là une confidence de trop. La lui rappeler est à même de le mettre de très méchante humeur comme peut en témoigner le Bourdin de RMC.
Du reste, il est assez rigolo de voir l'homme qui s'autoproclame chantre de la paix internationale, façon monde de Oui-Oui et Bisounours réunis, être complètement incapable de se maîtriser face à un contradicteur. Il passe très vite à l'invective, voire à l'insulte, quand ce n'est pas carrément aux menaces physiques. S'il ne sait pas encaisser la contradiction à titre personnel, qu'en serait-il si, à Dieu ne plaise, il se trouve investi Chef des Armées et s'estime provoqué sur la scène diplomatique ?
D'une façon générale, le moins qu'on puisse dire, c'est que l'individu n'est pas perturbé par ses incohérences. Au niveau économique, il est capable d'affirmer péremptoirement qu'il financera son programme par le recours à l'emprunt – la France est déjà engagée à près de 98% de son PIB, alors pourquoi se gêner...? - et finir son propos en précisant que cette dette, de toutes manières, ne sera jamais remboursée. A ce compte-là, on imagine bien que les créanciers vont se bousculer pour financer ses délires économiques...

Que restera-t-il dans l'Histoire, de cette campagne électorale ? A part une source inépuisable d'idées pour des films burlesques, on ne voit pas trop. Et quand on songe que ces onze candidats sont, malgré tout, passés par un filtre, le filtre de parrainages officiels, cela en dit long sur la pitoyable pauvreté de notre réservoir de personnel politique.
Et ça, Saucisson-Pinard vous l'accorde, même en positivant à mort, c'est beaucoup moins drôle !

jeudi 13 avril 2017

Les Présidentielles: une partie d'échec.



L'élection présidentielle est une partie d'échec. Elle se joue entre un joueur Mondialiste-maçonnique et un joueur Patriote.
Si on se mettait dans la tête du joueur Mondialiste-maçonnique - appelons-le, au hasard, Soros - voilà ce qu'on entendrait :


« Bon, ma position est à protéger à tous prix. Je dis bien : à tous prix. L'enjeu est énorme. Si je perds cette partie, je pourrais en perdre d'autres dans toute l'Europe, comme une colonne de dominos qui s'effondre...

Ma reine Hollande Ouille est en mauvaise posture. Le mieux est que je la retire du jeu. Mais que mettre à la place ? Voyons, voyons... Ah oui, je sais, j'ai un pion Hamon sous la main. Allez, je le pousse.

Putain, qu'il est lourd, celui-là ! Pas moyen d'avancer. Il pédale dans le semoule. Vite, une solution ! Ah, j'ai trouvé...Je mets à la place... tiens, un pion que j'ai déjà utilisé. Assez pour être reconnu, mais pas trop pour paraître neuf : il fera l'affaire. En plus, il est assez creux pour ratisser large. C'est mon pion Macreux. Il est bien, ce pion-là. Je l'aime bien.
Bon, je mets mes pions Médias en soutien. Voilà, il avance bien.

Quelques autres pions Médias encerclent la Reine patriote Le Pen pour l'immobiliser. En fait, je n'ai même pas à y toucher, ils ont toujours été dans cette position. Bon, ça, c'est fait.

Merde, que vois-je ? voilà la Tour Fillon qui avance dangereusement ! Mais elle pourrait me mettre échec et mat, celle-là !
Vite, mon pion Justice en position pour lui barrer la route. Voilà. Avec mes pions Médias en soutien du pion Justice, (et inversement) elle n'a plus aucune chance.
Mais que se passe-t-il ? La Tour Fillon avance quand même ! Et le Reine Le Pen se maintient aussi ! Merde, et re-merde !

Bon, calmons-nous. Je sors le pion Sondages Biaisés. C'est sûr, que je vais bien les biaiser, ceux qui vont croire leur verdict ! (Ah ah ah, la situation est grave, mais faut bien rire un peu, non ?).
Voilà, ça va aider mes pions Médias à solidifier leur positions.

Mais... Mais qu'est-ce que tous ces pions PS qui viennent en soutien du pion Macreux ! Mais qu'est-ce qu'ils font, ces cons ? Mais ça va se voir, qu'il est du même camp, si tous ces crétins affichent ainsi leur soutien ! Comme si on leur demandait quelque chose ! Mais qu'ils la ferment, bon sang de bois ! Et voilà que mon pion Hollande Ouille s'y met aussi, maintenant ! Quelle bande de cons ! Pouvaient pas la mettre en veilleuse, non ? Et attendre la fin de la partie pour se ramener ?
On ne peut vraiment compter sur personne, décidément !

Hum, c'est pas gagné. On dirait en plus que le pion Macreux arrête de faire illusion. Se pourrait-il qu'il soit creux au point que ça se voit trop ? C'est vrai que quand c'est trop creux, il y a un effet écho qui ne passe pas inaperçu... Dans la course à l'illusion, un sprinter plus qu'un coureur de fond, ce pion Macreux...

Réfléchissons. Il me faut un plan B.
Et si j'envoyais sur la scène un deuxième leurre ? Oui, c'est ça, ce que je vais faire. Allez, zou, je lance mon pion Méchancon. Vouaaaalà.

Bon, même stratégie, quelques pions Sondages Biaisés en appui, plus quelques pions Médias derrière, que je retire du pion Macreux. Ils seront plus utiles là, désormais.
C'est bon, j'occupe le terrain. Ça va mieux. On ne voit plus que mon pion Méchancon partout, maintenant.
Tout va bien. Enfin,...jusque là...

Encore une très grosse semaine à tenir. Si mon pion Méchancon pouvait arrêter d'en faire trop, dans le style stalinien, ça irait mieux. Ferait mieux de la jouer « je rase gratis, et je vous aime tous » plutôt que « Debout camarades et sus au grand capital » à la Arthaud ou Poutou. Bon, ces deux pions-là, je les garde de côté. Pour l'instant ils sont distrayants et font rire, c'est déjà ça ! Mais si la partie se termine mal pour moi, je pourrais toujours m'en servir.
D'ailleurs, tiens, je vais faire un essai, juste pour voir: allez, j'envoie un pion NPA foutre le feu au pion Le Pen. C'est bon, c'est juste un galop d'essai, mais ça semble fonctionner, ça ne fait aucune vague. C'est prometteur, si par malheur, je finissais par perdre la partie...

Putain, il faut vraiment sortir l'artillerie lourde aujourd'hui, pour maintenir ses positions. J'ai déjà perdu au Royaume-Uni et aux USA, si je commence à perdre aussi en Europe, qu'est-ce que je vais devenir ?
Bon, re-concentrons-nous... »