Pourquoi ce blog?

Jamais l’emprise du politiquement correct sur l’Information n’a été aussi forte. Naguère subtil, il est aujourd’hui omniprésent et ne s’embarrasse même plus de sauver les apparences. Il s’affiche comme un véritable terrorisme intellectuel : non seulement il monopolise la pensée sociale et politique, son expression, mais il se permet de sanctionner, éventuellement judiciairement, tous écarts et ceux qui les commettent. Les petits soldats de la Pensée Unique, journalistes, animateurs tv ou radio, se pressent au p ortillon de l’accès aux tribunes médiatiques et c’est à celui qui affichera avec le plus de zèle sa soumission au dogme.
Ce blog a pour très modeste ambition de pointer du doigt ces attentats terroristes de la Pensée et dénoncer les personnes publiques qui les commettent, consciemment ou inconsciemment.
Si vous cherchez à lire l’actualité sous un autre angle que celui que vous imposent la tv, les magazines, la radio, la presse ou le quidam-perroquet de la rue, lui-même matraqué par ces médias, ce blog est pour vous… et attend vos témoignages !
Si les propos de ce blog vous choquent, vous pourrez ainsi mesurer à quel point vous avez été formaté par la Pensée Unique… et apprécier le degré d’urgence que vous avez à vous dépolluer l’esprit.

samedi 24 décembre 2016

Valls, avec sa gueule enfarinée...


Saucisson-pinard n'avait jamais trouvé Valls blanc-blanc. Il avait tort, apparemment.


En effet le petit Caudillo, vous savez, celui qui a les ambitions de devenir grand, s'est pris une bonne giclée de farine par un manifestant anti-article 49.3, lors d'un déplacement de campagne à Strasbourg. C'est bien. Il aura ainsi de quoi faire un pain... de campagne. Ou avec les œufs qu'a reçus Macron l'autre jour, une recette de crêpes.

Saucisson-Pinard imagine les titres et commentaires de la Presse officielle et subventionnée pour évoquer l'odieuse agression :

Façon  Le Monde : « Un sac de farine fou se répand sur Manuel Valls. »

Façon France Intox : « Une farine radicalisée depuis peu et solitaire agresse l'ex-premier ministre. On ignore ses motivations. »

Façon France 2 : « Le nouveau candidat socialiste à la présidentielle Valls est salué par un fan boulanger enthousiaste qui lui lance, faute d'avoir des fleurs sous la main, une giclée de farine bénite. »

Façon BFM TV : « C'était une farine parfaitement intégrée, qui n'avait jamais fait parler d'elle avant cette agression. »

Façon TF1 : « Ses voisins témoignent : On la croisait régulièrement, toujours bien propre sur elle, toujours bien polie, elle ne disait jamais de grumeaux. C'était une farine sans histoire. On ne comprend pas. Jamais on n'aurait pu se douter... »

Façon Charlie Hebdo: « Le petit Caudillo trouvait que ça manquait un peu de blancos : Y avait qu'à demander. Il est servi ! »

Façon Porte-parole du PS : « Valls en appelle à la création d'une Farine de France. »

Façon Cazevide: « Oui, la Farine est compatible avec la République ! »

Façon Assemblée Nationale : « Le paquet de farine s'échouant sur la tête de Valls pesait très exactement 49,3 g. »

Façon Libération : « Le kilo de farine a laissé son étiquette de traçabilité sur les lieux de l'attaque, ce qui a permis de l'identifier. »

Façon Canard Enchaîné : « A force de vouloir rouler les Français dans la farine, le petit Caudillo se vautre dedans. »

Façon LCI : « Le sac dans lequel se trouvait la farine se défend : M. Valls m'a demandé de la farine, je pensais que c'était pour faire un gâteau, je la lui ai donnée, j'ai rendu service, c'est tout. »

Façon Le Monde: « Une manifestation sous la bannière « Je suis Farine » est lancée. »

Façon Canal + : « Un passant interrogé affirme : il y a de plus en plus de farine étrangère, ça devait arriver... »

Façon Les Echos : « On apprend que l'ex-premier ministre était impliqué dans une affaire de blanchiment. En haut lieu, on savait qu'un gros trafic de blé était en cours. »

Façon L'Express : « Ne faisons pas d'amalgame : toutes les farines ne se ressemblent pas. »

Façon Courrier International : « Il ne fallait pas en attendre moins, d'une farine aussi blanche. »

Façon Europe 1 tox : « On vient d'apprendre que la farine était fichée F !»



Saucisson-Pinard vous souhaite à tous un Joyeux Noël!

jeudi 15 décembre 2016

Lettre ouverte à Madame El Khomri.




Chère Madame El Khomri,
ou dois-je vous appeler Myriam, si vous craignez que votre nom de famille ne vous discrimine...

J'apprends que vous vous êtes élevée récemment, contre la discrimination dont les maghrébins souffriraient à l'embauche. Vous avez financé une « étude » qui a constitué à proposer à quarante grandes entreprises 1500 paires de CV identiques en tout point, sauf au niveau du nom. L'un présentait un nom gaulois, l'autre un nom arabe. Oui je sais, pour une raison qui m'échappe, on ne dit plus aujourd'hui « arabe », on dit musulman. Mais tant pis, je reste avec mon vocabulaire pré-novlangue et je continue à appeler un chat un chat et un arabe un arabe.
Ainsi donc, les noms à consonance arabe étaient moins invités à se rendre à un entretien que les noms français de souche, avec une différence de 11 points (47% de CV français contre 36% de CV arabes). Cette étude vous a coûté - NOUS a coûté, devrais-je dire- plus de 200 000 euros. Bon.
Je ne discuterai pas de l'intérêt de cette étude, ni même de son coût, encore que, à 67 euros le CV, je ne m'inquiète pas trop pour la marge du prestataire qui vous a vendu cet attrape-couillonne.

Vous vous offusquez du résultat dévoilé. Bon. Admettons. Et vous « haussez le ton », pour reprendre l'expression employée dans un article du site 20minutes.fr, en promettant des plans d'actions coercitives envers les entreprises fautives qui seraient prises en flagrant délit de discrimination à l'embauche.

Je pourrais discuter de la représentativité de l'échantillon des entreprises choisies pour votre petite expérience, comme l'ont fait d'ailleurs certains observateurs, mais ce n'est pas mon propos. Et, pour le principe du débat, acceptons l'hypothèse que, oui, les maghrébins sont choisis moins volontiers que les Français de souche, à compétence et expérience (écrites...) égales.

J'observe seulement qu'il manque un élément utile dans votre expérience. Que dis-je, utile, fondamental ! Vous ne voyez pas lequel ? Non, vraiment ? Ça ne m'étonne pas. Les politiques de petite envergure s'arrêtent toujours à l'écume des faits et ne vont jamais plus profond.

Cet élément fondamental se résume à un seul mot : Pourquoi. Oui, Pourquoi ? Pourquoi les entreprises préfèrent-elles embaucher un Français plutôt qu'un Arabe ? Voilà une question à laquelle votre étude, pour 67 euros le CV, aurait pu essayer de répondre. Car c'est la seule question qui vaille.
Pourquoi ? Cela aurait pu faire avancer le schmilblic si vous aviez eu la réponse.

Ça ne vous étonne pas que douze entreprises sur quarante, de divers secteurs d'activité, n'ayant pour seuls points communs que d'être toutes dans les affaires et de partager le même souci, à savoir embaucher le meilleur profil pour un poste donné, et surtout éviter le piège coûteux en temps et en argent d'une mauvaise embauche, aient le réflexe de donner la préférence à un Gaulois ?
D'où proviendrait, selon vous, cette défiance si bien partagée, à l'égard des candidatures arabes ?
Il ne m'appartient pas de vous apporter la réponse. D'abord parce qu'il n'y a pas de raison pour que je vous la donne gratuitement alors que vous êtes prête à payer très cher pour une étude qui ne vous la donne pas. Ensuite parce que ma démonstration prendrait plus de place que ne le permet cette simple missive.

Evidemment, je sais bien que vous avez votre petite idée. Une petite idée assez conforme à celles véhiculées par les pseudo associations anti-racistes et les milieux gauchistes bien pensants : les candidats gaulois sont préférés parce que les patrons gaulois sont racistes. En d'autres termes, ils ne veulent pas de gens « différents ». Et les Arabes sont « différents » donc ostracisés. C'est bien cela que vous pensez, n'est-ce pas ?
Seulement voilà : vous avez tout faux. Et vous avez tout faux, parce que comme la quasi-totalité des politiques – particulièrement des politiques de gauche- vous ne connaissez pas l'entreprise. Vous n'avez aucune idée de comment elle fonctionne.
Je vais vous apporter un indice : un patron se fout a priori comme d'une guigne de la couleur de peau de son employé. Il laisse ce genre de considération aux idéologues, aux rêveurs, et aux enculeurs de mouches. Aux politiques par exemple. Il cherche simplement - enfin simplement, si on peut dire - une personne compétente, sachant s'intégrer dans son entreprise, adhérer à ses valeurs et qui lui créera le moins de problème possible. Et le tout pour le meilleur rapport qualité-coût.

Je vous fiche mon billet que si votre étude avait porté sur une comparaison CV gaulois versus CV asiatiques, vous auriez eu des résultats très différents. Si vous le voulez, je vous mène cette étude pour la moitié du prix de la première. Chiche !
Les résultats seraient différents, et pourtant, les Asiatiques sont aussi, à maints égards, « différents » du Gaulois. Mais il se trouve que cette différence ne suscite pas la même méfiance. Bizarre, non ? Est-ce que par hasard, la communauté maghrébine n'aurait pas à se remettre en cause ? C'est sans nul doute, je vous l'accorde, moins facile que d'incriminer les entreprises... A bien y réfléchir, votre étude n'est pas seulement inutile, elle est nuisible. Car elle victimise une population déjà portée à souffrir du syndrome de Calimero. alors que celle-ci devrait au contraire être culpabilisée.

En réalité, dans votre for intérieur, vous savez très bien pourquoi les maghrébins ne déclenchent pas l'enthousiasme des employeurs. Et vous le savez d'autant mieux que vous êtes vous-même d'une double culture, ayant un père marocain et une mère bretonne. J'observe en passant que vous avez choisi le pays gaulois pour vous épanouir. Hasard ou lucidité ?

Vous vous permettez donc de menacer de mesures coercitives les chefs d'entreprise qui ne joueraient pas le jeu du « vivrensemble ».
A cela, je vous répondrais trois choses. D'abord, il ne s'agit pas d'un jeu, justement. Le chef d'entreprise n'est pas là pour jouer. Il est là pour faire fonctionner son entreprise au mieux, parce que c'est sa vie, son argent, son patrimoine et son avenir, voire celui de ses enfants. Il n'est pas là, comme vous l'êtes, pour véhiculer des idéaux en étant payé par le contribuable.

Ensuite, à quoi rimerait d'obliger un DRH à donner automatiquement un rendez-vous d'entretien après réception de CV d'un candidat arabe s'il ne veut pas d'Arabe dans son entreprise. Ce candidat se ferait bouler après entretien plutôt qu'avant. Belle affaire ! Ça sauverait les apparences ? Cela serait surtout une perte de temps pour l'employeur ET pour le candidat.
D'une façon plus générale, il vous faudra bien vous faire à cette idée, une bonne fois pour toutes : de la même façon que vous n'obligerez jamais un chef d'entreprise à embaucher s'il n'en a pas besoin, vous n'obligerez jamais un employeur à embaucher une personne dont il ne veut pas. Il n'y a que l'Etat qui peut se permettre ce genre de fantaisie.

Et enfin, je voudrais vous rappeler une évidence. Ce n'est pas le citoyen Français qui a demandé cette société multiculturelle. Voulez-vous me rappeler quand il a été consulté la dernière fois (ou la première...), pour savoir s'il voulait cette « diversité », cette immigration maghrébine massive ?
C'est vous, les politiques, qui l'avez voulue. Comme disait ma grand'mère, vous l'avez voulue, vous l'avez eue, maintenant faites avec. C'est votre problème, pas celui de l'entreprise. En un mot trivial comme en cent : démerdez-vous. Et foutez la paix aux entreprises. Elles ont juste besoin de pouvoir se gérer comme elles l'entendent, et surtout, de préférence, bien mieux que la façon dont vous autres les politiques, gérez la France.

Je ne sais pas pourquoi je vous écris tout ça aujourd'hui, chère Myriam, alors que dans cinq mois à peine, vous ne serez plus à votre poste et que vous serez oubliée, à peine la lumière de votre bureau éteinte.
Au moins, prenez la peine de laisser cette lettre en évidence sur la table, avant de partir, afin que votre successeur en prenne connaissance, si d'aventure il lui prenait la lubie de lancer à son tour une étude aussi contre-productive.

D'avance, je vous en remercie.


NB : Ne perdez pas non plus de vue que porter un nom à consonance arabe n'est pas toujours pénalisant. C'est même parfois un avantage. Regardez votre propre cas. Pensez-vous que vous êtes au poste que vous occupez pour vos compétences ? Ça se saurait. Ne vous racontez pas d'histoire. Tous ceux qui vous entourent savent que votre patronyme vous a servi de passe-droit. Vous êtes l'alibi "vivrensemblesque" du gouvernement de Hollande Ouille. Si vous aviez gardé le nom de votre mère, vous seriez toujours, au mieux, petite élue anonyme du 18 e arrondissement...

samedi 10 décembre 2016

Bienvenue à la cérémonie de remise du prix de la Connerie d'Or 2016!




« Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, je suis fier et heureux de vous accueillir ce soir dans cette mythique salle du Théâtre du Châtelet et je déclare ouverte la grande cérémonie de la Connerie d'Or 2016 !!!

Tonnerre d'applaudissements.

Nous avons cette année, les plus grands compétiteurs qui se sont affrontés avec grand talent. Il faut reconnaître qu'après quatre années et demie
 de gouvernement socialiste, la barre a été placée très haut. Mais cela n'a, à l'évidence, pas découragé nos compétiteurs. On peut même dire que cela les a, ces derniers temps, galvanisés et ils méritent tous vos applaudissements.

Applaudissements nourris.

A cinq mois de la branlée électorale du siècle que les socialos et consorts vont se prendre, le jury a bien senti qu'était venu pour la gauche le temps du bouquet final du feu d'artifice des tweets, propos, confidences, discours et décisions les plus débiles, les plus ridicules, les plus pitoyables et les plus saugrenus.

Je vous rappelle, cher public, les règles de cette compétition de la Connerie d'Or. Il faut avoir prononcé de façon publique, c'est-à-dire de façon à ce que tout le monde puisse en profiter, une énormité inédite, de préférence parfaitement scandaleuse, mais en tous cas, d'une crétinerie absolue et indiscutable.

Alors je sais que le plus difficile a été, pour le jury, de déterminer la qualité inédite des conneries sélectionnées. Car il est vrai que après cinquante quatre mois de règne de Hollande Ouille et de pas moins de soixante quatorze ministres nommés, vous pensez bien que des conneries, il y en a eu un sacré paquet de dites et de faites. Mais pour être nominé aujourd'hui à notre grand prix de la Connerie d'Or 2016, nos compétiteurs ont dû se renouveler et proposer du « jamais entendu » ou du « jamais fait ». Et quelque soit le vainqueur ce soir, toutes nos personnalités de gauche doivent être remerciées et félicitées pour leur créativité.

Applaudissements.

Sont ainsi nominées ce soir... j'ouvre mon enveloppe... quel suspens !...

Rires....

et je demanderais à chacune des personnalités appelées de s'avancer sur la scène, afin que vous, public, puissiez saluer nos nominés comme il se doit.

J'appelle notre première nominée, euh pardon, notre premier nominé, Pierre Bergé, appelé « L'Embrayage » (ceux qui ne savent pas pourquoi pourront venir en coulisses pour une explication), actionnaire du Coran gauchiste, j'ai nommé, le Journal Le Monde, subventionné par vos impôts à hauteur de 5,4 millions d'euros par an, qui a tweeté : « Voter Fillon, c'est voter pour la France pétainiste. Quand va-t-on à Vichy ? »

On l'applaudit bien fort.

Clap clap clap clap...

Egalement nominée, Ségogo, la folle du Poitou, qui a déclaré, avec l'humour pince-sans-rire qu'on lui connaît, « Il n'y a pas d'atteinte au droit de l'homme à Cuba ! ». Bravo Ségogo, celle-là, il fallait déjà oser la sortir. Et surtout, chère Ségogo, vous avez su surenchérir en déclarant que si Cuba était une dictature, il n'y aurait pas quatre millions de touristes à y être allés. Bravo encore, mais cependant, nous n'avons retenu que votre premier propos pour notre compétition d'aujourd'hui. Et le jury a considéré qu'il n'était pas directement comparable au bisou qu'avait fait en son temps la cocue de l'infidèle Mitterrand à Fidel. Le principe de l'inédit de la connerie est donc respecté.

Est aussi nominé, sur le même sujet... Juncker, président de la Commission Européenne, qui a déclaré que Castro était un héros. Je vous propose d'ovationner celui qui avoue ainsi, en propulsant ainsi un authentique dictateur au rang de héros, quel projet de société il a pour l'Europe fédérale qu'il promeut jour après jour.

Applaudissements du public.

Je dois ajouter que le jury aurait pu nominer aussi Jean-Luc Méchancon, qui a organisé un rassemblement à la mémoire du dictateur, avec fleurs et bougies. Mais la démarche était trop similaire à celle de Juncker et ce dernier bénéficiait de l'antériorité de la déclaration. C'est pour cela qu'il a été retenu et pas Méchancon. Mais là aussi, on est sûr que les prisonniers politiques à Cuba et leurs familles ont apprécié l'initiative du leader Maximo du Front de Gauche, et on a une vision plus précise de sa conception de la liberté politique. On ne pourra pas dire qu'on n'a pas été prévenu, s'il arrivait au pouvoir.

Le jury a sélectionné comme quatrième nominé, un journaliste de gauche, excusez le pléonasme. C'est vrai qu'il avait l'embarras du choix, car nos journalistes ne sont pas derrière la porte quand il s'agit de proférer une connerie. Il était donc nécessaire que la profession soit représentée dans cette Cérémonie de la Connerie d'Or 2016. Et ce soir, j'appelle Jean-Michel Apathie, qui quand il faut s'engager à faire une déclaration imbécile ne reste pas ...apathique. Sur France Info, il a avancé, suite à l'élection de Trump aux USA, que : « il faut s'interroger quelquefois sur le suffrage universel ». Interrogation qui lui vaut d'être nominé ce soir. On applaudit bien chaleureusement notre grand démocrate de gauche, qui rivalise ainsi avec notre nominé précédent, Juncker, qui a préconisé d'arrêter les référendums sur les sujets européens dans les pays membres. Je vous avais bien dit que la compétition avait été rude !

Rires et applaudissements.

J'appelle le nominé suivant ; Le Petit Caudillo, qui, avant de quitter le gouvernement, se hâte de mettre la Cour de Cassation sous l'autorité directe du gouvernement. Bravo, décidément Petit Caudillo aspire à devenir Grand Caudillo en se soulageant ainsi les intestins sur le principe de l'indépendance de la Justice vis à vis du pouvoir politique.

Nos nominés en font toujours un peu plus en marche forcée vers un régime de dictature. J'en veux pour preuve le nominé suivant. J'appelle Cazevide.
Cazevide, vous êtes aujourd'hui premier ministre, en récompense de vos loyaux et si efficaces services comme ministre de l'Intérieur, qui n'a jamais vu autant de victimes de terrorisme pendant son exercice et autant de police en manifestation de mécontentement dans la rue. Vous avez aussi été, dans l'Histoire de France, le premier ministre en charge de la sécurité des Français à être aussi attentif au bon accueil des immigrés clandestins qui bafouent ainsi les règles de droit de l'immigration. Et votre première décision de nouveau Premier Ministre est de nommer pour vous remplacer au ministère de l'Intérieur, Bruno Le Roux, celui-là même qui avait appelé au boycott et à la censure médiatique de Zemmour. Pour toutes ces performances, vous méritez amplement votre nomination de ce soir, à la Grande Cérémonie de la Connerie d'Or 2016.
Public, j'attends vos applaudissements !

Clap clap clap clap...

Notre nominé suivant présente une double originalité. Il s'agit d'abord, non pas d'une personne individuelle mais d'un groupe, d'un corporatisme à savoir celui des féministes représenté ce soir par Caroline Fourest et les Femen.
Bonsoir Caroline ! La seconde originalité est que cette nomination vous est accordée non pas pour ce que vous avez dit mais précisément pour votre silence. Celui particulièrement pesant que vous avez laissé planer lors de l'affaire du burkini cet été, et plus récemment suite à ce reportage de France 2 qui démontrait que des femmes étaient interdites de bar, « comme au bled », dans certains quartiers de Sevran. Comme quoi, on peut faire preuve de connerie sans même émettre un son. On salue aussi comme il se doit ces Femen, ces courageuses combattantes de salon qui n'hésitent pas à perturber des rassemblements pacifiques du FN, et regardent pudiquement ailleurs quand la charia se met doucement en place dans des quartiers de banlieue.

Applaudissements.

Notre dernier nominé à la distinction de la Connerie d'Or 2016 est, ce soir, Hollande Ouille pour sa prestation du 1er décembre. Après de longues minutes à exposer à quel point il était fier de ce qu'il avait fait pendant quatre ans et demi, notre grand humoriste s'est même payé le luxe de reconnaître une seule erreur: avoir proposé la déchéance de la nationalité française pour les terroristes de double nationalité.
En résumé, dans son irrésistible sketch, il se vante d'avoir réussi tout ce qu'il a authentiquement foiré et regrette d'avoir pensé à la seule chose de bien qu'il aurait pu faire dans son quinquennat et qu'il n'a pas faite. A l'entendre, son bilan est vraiment formidable, et c'est la raison pour laquelle... il ne se représentera pas ! Avec cette chute aussi inattendue qu'hilarante, Hollande Ouille est vraiment le roi de l'absurde et du non-sens qui aurait pu donner des leçons à Raymond Devos!

Et maintenant, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, l'heure de vérité. Parmi ces nominés, un seul va remporter le trophée de la Connerie d'Or 2016: un magnifique bonnet d'âne en or.

Le nom du gagnant est dans cette enveloppe qui a été scellée sous l'autorité de notre huissier de justice, Maître Enfoiros.

Le moment est venu d'ouvrir cette enveloppe....

Roulements de tambour

Et j'ai plaisir à annoncer : le lauréat de la Connerie d'Or 2016 est... Hollande Ouille !!

Toutes nos félicitations à notre grand gagnant, même si ce choix du jury n'est pas vraiment une surprise tant Hollande Ouille a toujours surpassé de la tête et des épaules ses concurrents. Et n'oublions pas que d'une certaine façon, la plupart des nominés sont des poulains de Hollande Ouille, qui n'a pas son pareil pour s'entourer d'authentiques tocards. Tous ont vocation à devenir les futurs lauréats de la Connerie d'Or des années à venir.

Rendez-vous dans un an, cher public, pour le prochain Grand Prix prix de la Connerie d'Or 2017 ! Ici le Théâtre du Châtelet, à vous les Studios. »

jeudi 24 novembre 2016

Réflexions... primaires!


… ou d'après-primaires, comme vous voudrez.

Nous aurons donc à décider dimanche qui sera notre prochain président. Car ce second tour de primaires de droite ressemble à s'y méprendre à un second tour de présidentielle générale. Le vainqueur a en effet toutes les chances d'être celui qui, après avoir laminé n'importe quel candidat de gauche, se retrouvera face à Marine Le Pen le 7 Mai 2017, pour finalement l'emporter.

Le premier enseignement de ce premier tour concerne la confiance qu'on peut investir dans les sondages. Après nous avoir bassiné des semaines durant sur la pré-éminence évidente de l'imam Ali Juppépé sur ses collègues des Républicains, après nous avoir soigneusement préparé à un duel entre ce repris de justice bordelais et la tête de Turc préférée des médias, nous voici, à la stupéfaction générale, à devoir choisir entre le pré-supposé troisième, qui arrive largement premier, et le pré-supposé premier qui se retrouve lointain deuxième.

Crédité jusqu'à quasiment la veille du scrutin, de 20 % des voix, Fillon se voit finalement finir avec près de 44%.
Alors une question se pose : est-ce qu'un score du simple au double s'inscrit dans ce qui est communément appelé la « marge d'erreur » ?
Dans l'affirmative, Saucisson-Pinard se croit capable de pouvoir annoncer les résultats d'à peu près n'importe quelle élection, et convie les médias à s'adresser à lui dorénavant. Munis de leur carnet de chèques, bien évidemment.
Saucisson-Pinard s'engage à pratiquer une ristourne substantielle par rapport à ce que la Sofres ou l'Ifop leur facturent habituellement. Ses évaluations de probabilités ne seront pas moins précises, et ainsi tout le monde sera content. Les médias feront des économies, Saucisson-Pinard arrangera substantiellement ses fins de mois, et le travail sera plus vite effectué.
Par exemple, si Saucisson-Pinard est consulté sur les chances qu'a la mère Kel de garder son fauteuil (grand format) de chancelière d'Allemagne, il estimera son score à 45%. Ce qui laissera une fourchette confortable de 22,5% à 90% de chances pour l'hôtesse d'accueil en chef des migrants en Europe, de conserver, ou pas, son poste. Saucisson-Pinard accepte les chèques.

Ces instituts de sondage, après leurs fiascos tonitruants relatifs au Brexit et à l'élection américaine, sont pressés de s'expliquer auprès des médias, c'est-à-dire de leurs clients, sur la vacuité de leur travail. Ils tentent alors d'avancer des arguments capillo-tractés. Des arguments, entendus sur une radio périphérique, du style : « ben, faut nous comprendre, des primaires de droite, on n'a pas l'habitude, c'est la première fois qu'il y en a une d'organisée ! »
Sans doute, les gars, mais ça ne vous a pas empêché d'accepter la tâche et de facturer le boulot. Avez-vous prévenu vos clients que vous n'aviez aucune expérience en la matière et que vous aviez toutes les chances de vous planter dans les grandes largeurs ? Allez-vous rembourser vos commanditaires ? Ou avez-vous juste donné les réponses allant dans le sens désiré par le client (voir l'article de Saucisson-Pinard du 9 novembre intitulé « Sondages ») ?...

En même temps, malgré cette succession de plantages spectaculaires, comme l'a annoncé benoîtement un journaleux sur la radio Europe Intox, des sondages continueront d'être commandés par les organes de Presse car « ils représentent une base de travail indispensable pour les journalistes politiques ».
L'aveu ne manque pas de sel. Se dire que les journalistes éprouvent l'impérieux besoin de travailler avec des outils aussi foireux, explique bien des choses et surtout leur extrême médiocrité professionnelle.
Et partant de là, on en conclut que les instituts de sondage auraient bien tort de se priver de tels cochons de payants de clients. Après tout, c'est le lecteur, l'auditeur, et le téléspectateur qui payent, et plus généralement, vu le niveau des subventions d'Etat auxquelles tètent les médias en France, le contribuable. Alors pourquoi se gêner.

La seconde réflexion qui frappe à la lecture du palmarès de ce premier tour des primaires, c'est de constater que le Français (de droite, en l'occurrence, mais on peut supposer que c'est la même chose chez le Français de gauche) n'aime pas les nouvelles têtes. Il préfère une tête connue, eût-elle démontré son incompétence, ou sa culpabilité, ou son pouvoir de nuisance, (ou les trois à la fois), à une tête inconnue qui a éventuellement tout à prouver. Les cinq premiers arrivés de cette primaire ont tous été ministres, parfois chefs de gouvernement. Ils sont donc tous co-responsables, à un degré ou à un autre, de la situation lamentable dans laquelle se trouve le pays aujourd'hui.
On rétorquera qu'un ex-ministre co-responsable des manquements de son gouvernement, peut se révéler être un bon président, mais il n'en reste pas moins qu'il serait (aurait été) plus logique de donner sa chance à un candidat vierge de tout passif. Quand vous avez été déçu d'un restaurant, pourquoi y retourner alors qu'il y en a tant d'autres à essayer ? L'électeur se trouve paradoxalement rassuré de fréquenter des personnages qui ont publiquement failli.

« - Oui, on sait que Machin-chose est une brêle, mais au moins, on le connaît. Alors que Truc, il est peut-être valable, mais il ne l'a jamais prouvé ! 
Certes, mais il n'a jamais démontré non plus qu'il était une brêle!
  - Bah, non. Il devra donc faire ses preuves comme brêle pour qu'on s'intéresse à lui... »

Les électeurs sont bizarres, non ? 

Poisson sait désormais ce qu'il lui reste à faire...

L'autre enseignement est que des « sensibilités de gauche » sont venus polluer cette primaire de droite en votant Juppé, et ce à hauteur de 15%. C'est ainsi que des ahuris gauchistes avouent complaisamment devant les caméras, avoir menti et triché en signant une charte selon laquelle ils partageaient des valeurs de droite pour pouvoir mettre leur grain de sel.
Mensonges et tricheries : des valeurs de gauche très probablement. Il est vrai que l'exemple vient de haut et est donné quasiment tous les jours par les personnalités socialos au pouvoir...
On rétorquera à Saucisson-Pinard qu'il n'aura qu'à aller à son tour se mêler de la primaire de gauche. Mais franchement, si des gauchistes sont venus voter Ali Juppépé, parce qu'il serait le « moins pire » des candidats de droite, Saucisson-Pinard ne voit pas quel candidat de gauche pourrait bien être « moins pire » que les autres, tant ils rivalisent tous en médiocrité. Et voter pour l'un quelconque de ces tocards lui donnerait une violente crise de boutons.

Ali Juppépé, à qui l'on faisait la remarque que sa place de second était due à l'apport de voix de gauche, a cru bon de rétorquer que son adversaire avait bien bénéficié de voix de « l'extrême-drouate ». Seulement, il oublie que cette primaire est une primaire « de la droite et du Centre » ; pas du parti Républicain et du Centre. Des sensibilités plus droitières que ne l'est le parti Républicain sont donc tout à fait conviées à participer à cette primaire. Ce que n'est pas la Gauche.

Aujourd'hui, il n'y a donc au menu que deux plats réchauffés. Il s'agit donc de prendre le moins mauvais des deux. Nous avons d'un côté (le côté gauche) le dhimmi bordelais, garant d'une politique socialisante qui poursuivra l'agonie du pays, et dont l'obsession imbécile et compulsive est de « combattre le FN ». Et de l'autre, nous avons celui qui promet un bon coup de balai dans une fonction publique pléthorique et farcie de privilèges. Un candidat capable d'une telle promesse en période électorale ne peut pas être complètement mauvais.
Et il faut lui reconnaître une certaine franchise, voire du culot : faire campagne en promettant de se mettre à dos les syndicats et en annonçant une hausse de TVA est plutôt osé. Enfin, en appelant au libéralisme, mot tabou en France - alors que le pays ignore tout de ce qu'est vraiment le libéralisme pour ne l'avoir jamais pratiqué- le sarthois est peut-être désireux de casser, enfin, la baraque. On lui accordera donc le bénéfice du doute, à défaut de carte blanche.

Et puis s'il ne fallait qu'un seul argument pour voter Fillon, un seul, cela serait le suivant : Taubira a, dans le Figaro de cette semaine, fait l'éloge de Juppépé !

dimanche 13 novembre 2016

Dérapage d'un dangereux journaliste d'extrême-droite!




L'hebdo Le Point nous signale cette semaine sur son site lepoint.fr l'odieux dérapage d'un journaliste d'extrême-droite sévissant sur … TF1 !

Ce jeudi 10 novembre, le JT de TF1 présente un reportage sur les maraudes de la Croix Rouge auprès des SDF d'un quartier parisien, en recherche de disponibilité en points d'accueil.
Et là, c'est le drame.
Jean-Pierre Pernaut se permet un commentaire personnel épouvantablement réactionnaire :

« Voilà, plus de place pour les sans-abris, mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France. »

Rendez-vous compte du culot de ce provocateur, sur cette grande chaîne nationale, à une heure de grande écoute ? Oser comparer le traitement de pauvres clandestins migrants à celui de nos SDF franchouillards privilégiés?

Le Point, qui ne démériterait pas de la Stasi, a vite fait de pointer du doigt le dangereux subversif. Il remarque que le présentateur vedette de la chaîne reprend « une idée souvent véhiculée par des militants d'extrême-droite ». Les immigrés clandestins seraient mieux traités que les SDF de souche ! Mais où va-t-on, Saucisson-Pinard vous le demande ? Une idée évidemment fausse, puisque « comme l'explique Le Monde » - auquel Le Point se vassalise en le reconnaissant comme la Bible, ou plutôt le Coran de la Vérité Progressiste,- « les hébergements proposés aux sans-abris ou aux demandeurs d'asile ne sont pas les mêmes ». Ah bah si Le Monde le dit...

Encore qu'en y réfléchissant, ce n'est pas complètement faux quand on constate dans quel genre de bâtiments certains migrants sont hébergés en province...

Les critères de confort ne sont pas les mêmes non plus. A Paris, par exemple, les ex-calaisiens de la Jungle qui avaient investi les alentours de la station Stalingrad se sont vus gracieusement déplacés dans des abris où ils trouveront, nous assure-t-on, confort et...wifi. Nos pauvres hères, qui fuient les horreurs de la guerre, pourront donc recharger leurs smartphones à 500 euros et plus, et surfer sur internet. Car voyez-vous, s'ils peuvent se payer le luxe de jeter sur les voies de la SNCF les bouteilles d'eau en signe de protestation, et parfois les nourritures que des associations bien-comme-il-faut leur apportent, au motif qu'elles ne sont pas halal, ils ont cependant vitalement besoin d'accès à internet. C'est quand même la moindre des choses, en 2016, pour nos réfugiés version 2.0.
Nul doute que ces accès à internet ne serviront à ces jeunes hommes dans la force de l'âge, qu'à donner des nouvelles à leurs femmes qui, elles, n'ont pas, semble-t-il, cherché à fuir et sont restées au pays... Celles-ci seront donc rassurées sur le sort de leurs hommes et pourront s'accommoder plus sereinement des horreurs de la guerre.

Le Point.fr insiste et apporte des éléments à charge contre l'inamovible présentateur du JT de midi de TF1: ce n'est pas la première fois que Jean-Pierre Pernaut se fait remarquer pour ses positions sur les migrants, rapporte-t-il.
En effet, le déviant avait déjà, en septembre dernier, qualifié d'hérésie l'implantation d'un camp de migrants dans sa commune des Yvelines. Pire, il avait l'année dernière, relayé sur sa page Facebook une info « provenant de l'extrême-droite » qui opposait les retraités français et les immigrés. Cette info avait en effet l'impudence de constater que des ouvertures de compte en banque avec octroi de carte bancaire se faisaient à l'intention d'immigrés de fraîche date grâce à l'opportune participation du contribuable européen, alors que des retraités français se retrouvent avec une retraite de misère après des années de labeur de de cotisations. 

D'ailleurs, Le Point n'utilise pas le mot « info », mais le mot de « hoax », ce qui doit suffire à discréditer la validité de l'information. Circulez, manants, il n'y a rien à voir et surtout rien à … penser.


Heureusement, l'attention des services de la Bien-Pensance est ainsi appelée par le dévoué Le Point, qui gagne ainsi ses galons de, comme qui dirait, « lanceur d'alerte », ni plus ni moins. Le service communication de TF1 est sommé de s'expliquer sur ce dérapage nauséabond. Une explication « après avoir visionné la séquence » est promise.
Ouf ! On respire. Le crime du dangereux journaliste extrémiste ne restera sans doute pas impuni. La perspective d'un séjour en camp de rééducation n'est plus loin.

Félicitons-nous d'avoir, dans notre belle France socialiste, des médias comme Le Point, aussi prompts à réagir pour nous mettre à l'abri de réflexions hautement subversives.

mercredi 9 novembre 2016

Sondages.




- Allo, Monsieur le sondeur ?

- Oui, bonjour, qu'y-a-t-il pour votre service ?

- Dites-moi, je suis Monsieur Paul Itikemancorek et je représente toute la classe médiatique et suis donc votre principal client.

-Oui, bien sûr, je vous connais bien. Qu'est-ce que je peux faire pour vous, monsieur Itikemancorek? Un nouveau sondage, peut-être ?

- Non, dites-moi, ça va pas du tout, là...

- Qu'est-ce qui ne va pas, Monsieur Itikemancorek ?

- Ben, vos sondages, là, ils arrêtent pas de se planter...

- Comment ça ?

- Ben, sur l'élection américaine, par exemple...

- Ben quoi, vous vouliez que la Clinton soit la favorite, non ?

- Bien sûr, c'est nous les bien-pensants, vous avez oublié ?

- Ben alors, la Clinton était bien la favorite des sondages ! On vous a donné ce que vous vouliez, non ?

- Mais comment faites-vous ça ?

- Ecoutez, on a des trucs, bien sûr. Je vous donne un exemple. Je vous propose deux phrases. Phrase 1: Hillary Clinton ferait une bonne présidente. Phrase 2 : Donald Trump est un facho raciste, machiste et xénophobe. La question est : « De quelle assertion vous sentez-vous le plus proche ? »
Et voilà le travail ! Et vous pouvez exploiter le sondage de deux façons. Dans l'une vous montrez combien adhérent à l'idée que la Clinton ferait une bonne présidente, dans l'autre vous montrez combien rejettent Donald Trump. Vous avez matière à deux articles pour le prix d'un seul sondage !

- Ah d'accord ! Si je comprends bien, c'est un peu le principe de : pile je gagne, face tu perds.

- Exactement !

- Mais alors, pour le Brexit...

- Vous vouliez bien que le Brexit soit rejeté, si je ne me Trump, pardon, c'est plus fort que moi... si je ne me trompe pas ?

- Bah évidemment ! On est les bien-pensants, on vous dit !

- Eh bien, dans les sondages, le Brexit a bien été rejeté. Vous en avez eu pour votre argent.

- Mais alors, c'est toujours comme ça que ça marche ?

- Bien sûr ! Z 'avez pas lu le livre de De Villiers « Le moment est venu de vous dire ce que j'ai vu » ?

- Bien sûr que non ! De Villiers est un vil réactionnaire que les membres de mon club ne lisent assurément pas !

- Dommage ! Il explique très bien comment il avait appris que les sondages sont des armes de désinformation magnifique et de manipulation formidable.

- Bah, en l'occurrence, pour le Brexit et l'élection américaine, les peuples ne se sont pas laissés manipuler par nous !

- Eux, non. Mais vous, les médias, oui ! Vous vous êtes manipulés vous-mêmes ! Il y a qu'à voir la tête que vous avez faite à l'annonce des résultats de ces deux élections! J'en ris encore ! Excusez-moi, c'est nerveux ! … Il fut un temps où les manipulés étaient les lecteurs des sondages. Aujourd'hui, ce sont les commanditaires qui le sont. Mais il y a bien toujours des manipulés... Tenez, avec nos sondages, on obtient ce qu'on veut. Vous voulez un homme de couleur comme personnalité préférée des Français ?

- Oh oui ! C'est tellement tendance, tellement correct !

- Eh bien paf ! On vous met un coup Noah sur un plateau, un coup Omar Sy. C'est comme vous voulez. Le jour où vous désirez que Joey Starr soit la personnalité la plus sympathique du show bizz, vous me le demandez, je vous le fais. D'autant que là, vous jouerez sur du velours, vu que personne n'ira vérifier...

- Et si on vous demandait un sondage pour élire Cambadélis, homme politique le plus intelligent ?

- Bon, on ne fait pas de miracle, non plus... !

- … Ou Hollande, président le plus performant de la Ve république ?

-… On va essayer le sondage de Cambadélis, si vous insistez, Monsieur Paul Itikemancorek...




Avec le résultat de l'élection américaine que l'on connaît désormais, l'article intitulé "Elections américaines: l'enfumage des médias français", du 3 octobre dernier,  prend une saveur toute particulière! Allez le lire, ou le relire... ;-D


mardi 1 novembre 2016

Dispute dans le bac à sable des bobos.




La fine fleur des élites bobos islamo-gauchos de la médiocratie médiatique au pouvoir, nous donne actuellement le spectacle affligeant et pitoyable de sales gosses se disputant dans le bac à sable.

A ma droite (si l'on peut dire...), la nouvelle coqueluche du PAF, la dernière en date des créatures du milieu judéo-maçonnique, qui sévit sur C8 avec l'émission phare « Touche Pas à Mon Poste ». L'expression « phare » est en l'occurrence largement outrancière, car on ne peut pas dire que l'émission en question brille en quoi que ce soit, si ce n'est en bêtise et en vulgarité. Saucisson-Pinard nomme ici, Hanouna, le bédouin dont le niveau d'humour frise le zéro absolu. Quand on regarde ne serait-ce que 5 minutes de ce spectacle, c'est l'image d'une conduite d'égout se déversant sur un public analphabète, qui vient immédiatement à l'esprit.

A ma gauche, et là pour le coup, l'expression est appropriée, nous avons la synthèse de la bien-pensance boboïde, le donneur de leçons, le moralisateur du milieu gauchiard, le pourfendeur de la classe bourgeoise, j'ai nommé Stéphane Guillon.

Figurez-vous que nos deux compères étaient à une époque, copains comme cochons, chacun commençant à creuser son sillon dans le monde merdiatique, se côtoyant sur la chaîne Comédie. C'est là qu'ils commencèrent à forger, chacun à sa manière, une image de prétendus humoristes. Leur style personnel est certes différent l'un de l'autre, mais au moins ils se rejoignent sur deux points: aucun des deux n'est vraiment drôle mais chacun a une haute idée de lui-même. L'un déclenche le rire graveleux du bidasse boutonneux de base, l'autre le ricanement hautain. L'un se croit comique mais n'est que pathétique, l'autre s'estime méchamment cruel alors qu'il n'est que cruellement crétin et conventionnel.

Leurs chemins se séparent alors et seul le boursoufflement progressif de leur ego réunit encore les deux protagonistes.

Et puis en ce mois d'octobre, c'est le drame. Hanouna, qui ne se sent décidément plus, pousse la mégalomanie jusqu'à se donner comme mission de mener une émission 35 heures d'affilée. Bien évidemment, la « performance » ne présente strictement aucun intérêt, si ce n'est de « faire le buzz », ce dernier refuge en date des dépourvus de talent quelconque, qui cherchent à compenser leur insuffisance par une provocation destinée à leur conférer une gloire aussi éphémère qu'une bulle de savon. 
Ce triste clown va jusqu'à imposer au téléspectateur qui serait venu s'égarer par hasard sur sa chaîne, le spectacle de son sommeil, ronflement compris, pendant une petite heure. Croire ne serait-ce qu'une fraction de seconde que la contemplation de ce rondouillard crasseux en train de dormir puisse intéresser quelqu'un pourvu d'un cerveau, témoigne que l'individu a une tête aussi grosse qu'une montgolfière. Aussi grosse, et aussi vide.

Sans doute fatigué par sa « performance », l'amuseur des téléspectateurs bas de plafond qui suivent ses émissions, se met à afficher publiquement, à court probablement d'idée, dans une de ses prestations, le salaire de différents animateurs d'émissions concurrentes. Et parmi ceux-ci, celui de Guillon, l'ex-chroniqueur de France-Intox dont Sarkozy avait réussi à débarrasser la radio d'Etat.

Ce salaire est de 10 000 € par émission de « Salut Les Terriens ». En réalité, c'est 10 000 euros pour une chronique de 2 minutes dans l'émission sus-nommée. Soit 40 000 euros par mois au bas mot. Dans le groupe « Anal + » dont fait partie la chaîne C8, on adore donner des leçons de bien-pensance et de moralité aux petites gens, mais on ne va pas jusqu'à partager leurs soucis pécuniaires, comprenez-vous ? 40 000 euros mensuels, c'est l'équivalent de 36 mois de SMIC net pour 8 minutes d'antenne mensuelle à partager ses hautes pensées et opinions personnelles que l'auteur estime probablement spirituelles. Pas mal pour un pourfendeur auto-proclamé de la bourgeoisie...

Mais, voyez-vous, on a beau jouer les révolutionnaires de gauche, on n'en reste pas moins un beauf bien franchouillard pour lequel parler pognon est bien tabou. Surtout quand c'est pour informer son public d'enseignants gauchistes que le révolutionnaire en question se fait des coucougnettes en or sans vraiment risquer la hernie ni la congestion cérébrale. Guillon n'apprécie donc pas la divulgation de ses revenus. Mais alors, il n'apprécie pas du tout !

Il envoie donc d'abord sa blonde au front, Muriel Cousin, une autre bobo qui a sévi aussi sur France Intox et qu'il a épousée comme seconde main. Selon elle, « Hanouna ressemble à Trump depuis qu'il a avalé du Bolloré ». Hanouna ressemblant à Trump ? Comprendra qui pourra. Peut-être est-ce juste une façon de bien faire comprendre, au passage, qu'elle est dans le camp du bien, c'est-à-dire anti-Trump ? Peu importe. Les couinements de l'ex-faire-valoir de Dechavanne dans « Coucou, c'est nous » n'ont pas toujours été audibles.

Puis la dispute se poursuit par des tweets vengeurs de Guillon l'offensé. Car quand on est un courtisan de la bien-pensance ayant pignon sur rue dans les médias, on est forcément convaincu que ses petits pets de travers passionnent au plus haut point le bas peuple. Lors, au lieu d'écrire une missive personnelle à son contradicteur pour « s'expliquer » d'homme à homme, on étale au vu et su de tous son acrimonie. 

Hanouna, le guignol de C8, qui pense que sa gloire médiatique l'autorise à considérer les plateaux des émissions de collègues comme des extensions de son propre salon, se permet d'intervenir en plein tournage du « Grand Journal » pour « rencontrer Guillon et  lui faire un bisou ».
Avec la même boursouflure de l'égo que son ennemi intime, il lui est évident que la France profonde doit être la témoin privilégiée de son différend avec le chroniqueur de « Salut les Terriens ».
Guillon n'écoute alors que son courage. Malheureusement, celui-ci est probablement en RTT ce jour-là et Guillon opte plutôt pour la poudre d'escampette, et quitte subrepticement le plateau. En fait de coucougnettes en or, c'était l'occasion de montrer qu'il en avait de vraies, mais que voulez-vous ? C'est une chose que de manier la critique à l'abri derrière son micro ou son clavier, c'en est une autre que d'affronter un contradicteur en face à face.

A la lecture de ces passionnantes péripéties dont nos merdias du petit écran se repaissent et nous abreuvent, on se dit juste que ces sales marmots mériteraient juste une bonne fessée et d'être expulsés du bac à sable une bonne fois pour toutes.
Il est vrai que Bolloré, Président du Conseil de Surveillance de C8, a d 'autres chats miteux à fouetter, avec la fronde que son pédophile d'animateur a levé sur I-télé...

Voilà l'ambiance dans le paysage audio-visuel d'un pays dont les élites auto-proclamées ne perdent jamais une occasion de vanter « l' exception culturelle » et revendiquer sa protection.

Pauvre France ! Qui la sortira de cette fange, qui partout la submerge?